Féministes tant qu’il le faudra ! Ni invisibles, ni disponibles !

Riposte Radicale – collectif transpédébigouines non-mixte soutient cette initiative
et appelle à y participer !

MANIF FÉMINISTE POUR TOU•TE•S (MIXTE)
Mon corps, mon choix !
ATTENTION CHANGEMENT DE DATE
Mardi 25 novembre 2014
À 18h30, place Saint-Sernin
Bourse du travail

Le 25 novembre 1960, les sœurs Mirabal, communistes opposantes à la dictature de République Dominicaine, étaient assassinées par le pouvoir. Parce qu’elles étaient femmes et qu’elles avaient décidé de leur destin. Cette date est aujourd’hui la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes.

Cette année encore, la guerre contre les femmes n’a pas cessé. Cette guerre, elle nous a été déclarée il y a longtemps. Nous défilerons aux côtés de toutes les victimes du système hétéro-patriarcal.

- Parce que nous refusons toutes les violences patriarcales qui se passent dans l’espace public, comme dans l’espace privé. Quoi que les gentEs en disent : le privé est politique ! 150 000 viols ont lieu tous les ans. 10 % des femmes en Europe ont vécu des violences sexuelles… Si certaiNEs n’aiment pas le terme, nous n’en restons pas moins des victimes de l’État sexiste, de tous les agresseurs, de la domination systémique et structurale qui s’infiltre jusque dans nos chairs.

- Parce qu’on nous a appris à nous méfier de la nuit, à sortir accompagnéEs. Au contraire on veut pouvoir sortir à toute heure sans se faire emmerder ni par les dragueurs ni par les flics ou encore les caméras de surveillance. On en a marre de se faire « draguer » comme si c’était valorisant ! En mini-jupe, en slim, en baggy ou peu importe mes fringues, mon corps n’est qu’à moi !

- Parce qu’on en a marre que les arguments féministes soient récupérés à des fins racistes et islamophobes ! Depuis les lois successives qui excluent de l’espace public et stigmatisent les femmes qui portent le voile, la burqua, le niqab ; l’islamophobie, le racisme et le sexisme sont omniprésents. Rasée ou non, voilée ou non, il n’y a pas de bonnes et de mauvaises femmes !

- Parce que nous sommes les premièrEs à subir les effets du capitalisme, notamment en temps de crise. On est bloquées dans des emplois précaires, pénibles et sous-payés. En plus, on travaille gratuitement et dans l’ombre en gardant des enfants, en s’occupant des personnes âgées, etc.

- Parce que nous dénonçons les lois d’exclusion qui rendent encore plus vulnérables aux violences masculines les femmes sans-papièrEs, en les isolant et en les forçant à vivre dans la clandestinité.

- Parce que depuis la « Manif’ Pour Tous », les agressions lesbophobes, biphobes et transphobes se sont multipliées : nous ne voulons pas laisser défiler ces réac’ dans l’indifférence la plus totale !

- Parce qu’en France, avorter est toujours un délit pénal et les dérogations pour pouvoir interrompre une grossesse sont parmi les plus restrictives au monde (délais très courts, accès restreint…). Et si la morale impose de vivre l’IVG dans la culpabilité, la honte et le secret, l’interruption de la grossesse devient conseillée quand l’enfant ne répond pas aux critères de « normalité » (sourdE, interxesuéE…). L’avortement ne doit pas être un outil de sélection médicale des individuEs mais une liberté pour les personnes de maîtriser leurs corps et leurs vies !

- Parce qu’on veut pouvoir avorter et/ou accoucher comme on le veut, quand on veut, avec qui on veut : ce n’est pas parce qu’on est hétéro qu’on doit avoir des enfants, ce n’est pas parce qu’on est lesbienne ou trans qu’on ne doit pas en avoir. On veut avoir accès à la Procréation Médicalement Assistée et à la Gestation Pour Autrui librement et gratuitement. Pour toutEs celles et ceux qui ont la volonté d’avoir des enfants.

- Parce qu’être parentE dans une société sexiste est une lutte quotidienne, on est solidaire des personnes qui ont fait le choix d’avoir des enfants.

- Parce que les enfants intersexes sont systématiquement mutiléEs pour les faire rentrer dans la norme. Les papiers d’Etat civil continuent de genrer les personnes en fonction de ce qu’elles ont entre les jambes à la naissance, selon un schéma binaire homme/femme d’après une lecture elle-même binaire des appareils génitaux (mâle/femelle). On assigne donc une identité de genre selon des critères anatomiques. C’est une erreur, l’identité de genre n’est pas liée au corps. Cette assignation mène à des mutilations forcées sur les personnes intersexes.

- Parce que l’école continue d’éduquer différemment les filles et les garçons selon des normes hétérosexistes !

- Parce que les travailleurEUSEs du sexe subissent toujours plus de répression policière et de violences machistes. Nous nous opposons à la mise en place de la loi de pénalisation des clients prétendant les protéger. Et à Toulouse, l’arrêté municipal anti-prostitution met davantage en danger les travailleurEUSEs du sexe en les éloignant des centres-villes, en renforçant la clandestinité de leurs activités et en les stigmatisant toujours plus.

- Parce que touTEs celles et ceux qui ne correspondent pas aux critères de « normalité » et aux standards imposés en raison de leur apparence, de leur genre, de leur handicap, de leur race, de leur classe sont excluEs, déconsidéréEs et discriminéEs.

- Pour Lucie, violée par un fasciste en punition et par défi. Violée parce qu’elle est une femme, pour la remettre « à sa place », parce qu’elle est antifasciste.
Pour Lucie et pour touTEs les autres, victimes de viols en tous genres, invisibiliséEs, isoléEs ou non. Parce que le viol est une des manifestations les plus violentes du patriarcat. Parce que c’est un outil de domination parmi tant d’autres, clairs ou insidieux mais toujours violents.
Pour toutes les victimes de viols et de la violence hétéropatriarcale.

Féministes tant qu’il le faudra ! Ni invisibles, ni disponibles ! MANIF FÉMINISTE POUR TOU•TE•S (MIXTE) Mon corps, mon choix ! MARDI 25 NOVEMBRE 2014 À 18h30- PLACE SAINT-SERNIN DEVANT LA BOURSE DU TRAVAIL L’AG Féministe Toulousaine !

Publicités

« Familles plumées » ? Luttons contre ce nouvel avatar LGBTIphobe !

Après « La Manif Pour Tous », voici venu… « Les Familles Plumées » !

Derrière ce collectif, tout de rose vêtu, se cache une officine de la très LGBTIphobe « AFC – Les Associations Familiales Catholiques ». Organisme lui-même officiellement partenaire de « La Manif Pour Tous ».

Tous ces réactionnaires se rassembleront demain à Toulouse, le 23 novembre 2014.

Riposte Radicale – collectif transpédébigouines non mixte appelle à la vigilance et à les combattre par tous les moyens nécessaires !

familles plumées riposte radicale toulouse

Les enculéEs contre la police !

Toulouse, le 22 novembre 2014

Pour faire du 22 novembre une journée nationale et internationale contre les violences policières.

Les trans’, les gouines, les biEs

Et les pédales contre la flicaille !

Les enculéEs détestent la police !

En juin dernier, nous avons dénoncé la présence du FLAGasso (association de flics gays et lesbiennes) dans la Marche des Fiertés. Avec succès, nous les avons viré du cortège. Parce qu’on ne voulait pas de flics! Ni dans nos luttes, ni dans nos vies. On écrivait: « La police mutile et tue. La police expulse. La police réprime. La police discrimine. La police harcèle. »

Depuis plusieurs semaines, nous sommes parmi celles et ceux qui manifestent dans les rues de Toulouse en hommage à Rémi Fraisse (tué par la police dans la nuit du 25 au 26 oct. sur la Z.A.D du Testet) et pour dénoncer les violences policières. Et nous continuerons tant que la police s’acharnera à faire son boulot -toujours plus armée, toujours plus déterminé à mater nos révoltes. L’assassinat de Rémi n’est pas un cas isolé, ni une « bavure » comme se prête à le dire le gouvernement. La police tue et en toute impunité, bras droit d’un État violent et meurtrier.

Rémi n’est pas le seul. N’oublions pas touTEs les autres victimes. Celles dont on parle moins et qui font moins de bruit : les trans’1, les gouines, les pédales, les meufs, les non-blanchEs, les queers, les prolos, les putes, les précaires, les sans-papièrEs, etc. Ces minorités qui subissent au quotidien les emmerdes avec la justice et les violences policières, reflet de politiques conservatrices et répressives. Qui sont agresséEs, humiliéEs, insultéEs, victimes de sexisme, de racisme, violéEs, passéEs à tabac, tuéEs par les forces de l’ordre. Dans un silence de plomb, la plupart du temps. Il y a deux jours par exemple, le 20 novembre, c’était le TDoR : « Le jour du souvenir trans », qui commémore les centaines de personnes trans’ assassinéEs chaque année, notamment sous les coups de la police.

Mercredi soir dernier, rafle de travailleuses du sexe sans-papièrEs au bois de Boulogne à Paris : cinquante personnes arrêtées et menacées d’expulsions. Et rien qu’à Toulouse ces derniers mois, autour des meufs, transpédésgouines et putes : les travailleuses du sexe ne peuvent plus bosser là où elles en avaient l’habitude, sous peine d’amendes ; Trois camarades trans’ dont un non-blanc passé à tabac par les flics se sont fait violemment interpeller suite à un contre-rassemblement en septembre. Parmi ellEux, une copine trans’ travailleuse du sexe précaire s’est vu condamner par la justice à une peine d’amende de 1600 euros qu’elle doit encore payer ; Un copain trans’ et une copine gouine matraquéEs par les flics lors du contre-rassemblement à Jour de colère en avril dernier ; Un pote queer s’est fait tirer dessus au flashball sur le visage pendant l’expulsion illégale d’un squat le 21 avril ; Une copine gouine victime d’un tir de flashball dans la jambe par un CRS à la dernière manifestation du 08 novembre…

Alors aujourd’hui encore, nous sommes dans la rue : plus visibles et flamboyantes que jamais ! Pour gueuler notre haine de la flicaille et de l’État. Et parce qu’aussi, il y en a marre d’entendre des militants gars blancs hétéros cis2 gueuler aux flics « Sales pédés! Bande d’enculés! » alors que nous sommes juste là, à coté. Si tu n’avais pas encore compris, « pédé » est une insulte que nous nous réapproprions fièrement et que nous revendiquons comme identité politique face à la violence du système hétérosexiste et patriarcal. Les enculéEs aussi, détestent la police !

Pour que cette lutte et toutes les autres n’oublient pas d’être anti-sexistes, anti-racistes, anti-LGBTQIphobes.

Sous le noir de nos habits, des paillettes !

Tract distribué par RIPOSTE RADICALE – collectif transpédébigouines non-mixte

1 Personne dont l’identité de genre ne correspond pas au genre assigné à la naissance.

2 Personne en accord avec son genre assigné à la naissance correspond . Autrement dit, personne qui n’est pas trans’.

unnamedBanderole lors de la manifestation du 22 novembre 2014 à Toulouse

Les gouines, les biEs, les trans’ et les pédales contre la flicaille.

9394756442_3a31d6a917_z
Pour faire du 22 novembre une journée nationale et internationale contre les violences policières, Riposte Radicale soutien et relaie l’appel à manifester samedi 22 novembre 2014 à Toulouse: rendez-vous 15h, à Esquirol (appel original ici: http://iaata.info/Appel-a-participer-a-la-journee-du.html)

En juin dernier, nous avons dénoncé la présence du FLAGasso (association de flics gays et lesbiennes) dans la Marche des Fiertés: cf https://riposteradicale.wordpress.com/2014/06/. Avec succès, nous les avons viré du cortège. Parce qu’on ne voulait pas des flics! Ni dans nos luttes, ni dans nos vies. On écrivait: « La police mutile et tue. La police expulse. La police réprime. La police discrimine. La police harcèle. »

Alors oui, depuis plusieurs semaines, nous sommes aux cotés de touTEs dans la rue pour dénoncer les violences policières. Et nous continuerons tant que la police continuera à faire son boulot, sous-fifre mandatée par un État violent et meurtrier.

Samedi 22, soyons visibles! Visibles en tant que trans’, putes, meufs, pédales, gouines et queers. Pour toutes les copines agressées, humiliées, insultées, victimes de sexisme, de racisme, agressées, violées, passées à tabac, tuées par les forces de l’ordre. Venons gueuler notre haine de la flicaille et de l’État.

Parce qu’aussi, il y en a marre d’entendre des militants gars blancs hétéros cis* gueuler aux flics « Sales PD! Bande d’enculés! » alors que nous sommes juste là, à coté. Samedi, nous crierons: « Les enculéEs détestent la police »!

Pour que cette lutte n’oublie pas d’être anti-sexiste, anti-raciste, anti-LGBTQIphobes.

Rencard samedi 22 novembre 2014 à Toulouse: 15h à Esquirol.

Venez nombreuSES!

* personne dont le genre assigné à la naissance correspond à celui actuel selon elle. Autrement dit, personne qui n’est pas trans’.

Caisse de solidarité: soutenons Dolorès!

1825282-774a34Appel à soutien pour Dolorès, condamnée par la justice à 1600 euros!

Dolorès, personne trans’* et travailleuse du sexe s’est vue condamner par la justice le 15 octobre dernier à une peine d’amende à hauteur de 1 000 euros pour avoir défendu ses droits et ceux des autres travailleurEUSES lors d’un rassemblement anti-prostitution en septembre dernier. Et pour avoir dénoncer le caractère abject de ce rassemblement en participant à un contre-rassemblement. (Pour plus d’information: voir le communiqué de soutien et http://iaata.info/Non-a-L-arrete-Anti-Prostitution.html)

Aujourd’hui, condamnée à une peine d’amende de 1 000 euros mais également aux frais de dépens (avocat de la partie adverse) qui s’élève à 600 euros, Dolorès doit faire face à une répression financière s’élevant au total à 1 600 euros.

Nous appelons donc au soutien de touTEs pour l’aider à s’acquitter de cette amende.

La cagnotte en ligne: ici

Participation libre !

Non à l’arrêté anti-prostitution ! La lutte continue !

Le comité de soutien de Dolorès.